Alors, depuis la naissance de notre petit bonhomme, dur dur pour moi de prendre le temps de lire. Ce n'est pas trop parce que je manque de temps, mais plutôt que j'ai moins envie de lire. Je n'ai pas envie d'ouvrir un livre et de savoir à l'avance que je vais devoir arrêter de le lire quelques temps après, quand bonhomme se réveillera par exemple. Je n'aime pas commencer à lire en sachant que je ne pourrai pas rester dans mon livre aussi longtemps que je voudrais... BIZARRE !

En ce moment, je "lis" Combustion de Patricia Cornwell. C'est mon premier d'elle. J'ai bien accroché au début, et puis là ça fait des semaines que le livre m'attend...

combustion2

AUTEUR : Cornwell, Patricia (1956-...)

TITRE : Combustion

TITRE ORIGINAL : Point of origin

TRADUIT DE l'anglais PAR Helene Narbonne

PUBLICATION : Paris : Librairie générale française, 2000

IMPRIMEUR / FABRICANT : impr. en Allemagne

DESCRIPTION MATÉRIELLE : 447 p. : couv. ill. en coul. ; 18 cm

COLLECTION : Le Livre de poche ; 17134

ISBN : 2-253-17134-4



QUATRIÈME DE COUVERTURE

Un tueur machiavélique, qui se sert du feu pour couvrir la trace de ses crimes : aux yeux de Kay Scarpetta, cela pourrait n'être qu'une enquête de plus. Mais elle acquiert la conviction que son ennemie mortelle, Carrie Grethen, évadée de sa prison new-yorkaise, est mêlée à ces meurtres.
Lorsque Carrie prend pour cible sa nièce, Lucy, l'enquête revêt une dimension personnelle, et la tragédie la rattrape...
Avec ce dixième roman, vendu à plus d'un million d'exemplaires aux États-Unis, Patricia Cornwell offre à ses innombrables "fans" un nouveau chef-d'oeuvre, aussi fort que Postmortem ou Une mort sans nom. Un suspense ou Kay Scarpetta, tour à tour forte et fragile, désemparée et implacable, se révèle plus attachante que jamais.

Efficacité Cornwell : vingt-cinq chapitres serrés à bloc, des descriptions cliniques qui pourraient servir aux étudiants en médecine ... La romancière américaine, qui tient à sa réputation sanglante, ne frustre pas ses lecteurs.

Sébastien Lapaque, Le Figaro Magazine.


Au cas improbable ou vous ne connaîtriez pas encore l'univers cornwellien, voila de quoi vous initier et devenir accro.

Didier Decoin, de l'Académie Goncourt.