Pas grand chose à dire sur ce petit recueil de nouvelles très brèves. Je m'attendais à apprendre de nouvelles coutumes chinoises, mais j'ai été déçue. Les mêmes thèmes reviennent trop souvent, j'avais l'impression, parfois, de relire un peu les mêmes histoires. J'ai juste relevé un petit passage (page 102-103) :
"On voit par là que tout est déjà déterminé mais qu'en s'y mettant de toutes ses forces, on peut quand même infailliblement sauver une ou deux personnes. On voit en outre que la vie humaine est des plus précieuses, et que même si dieux et démons savent que quelqu'un doit mourir, mais qu'il reste le plus mince espoir, eux aussi utiliseront infailliblement sa force pour le sauver. Ainsi la destinée humaine, quand sonne l'heure, est-elle comme vents et neiges d'un rude hiver, auxquels ciel ni terre ne peuvent rien changer ; en revanche, mettre une pelisse de fourrure pour se garder de la neige et se calfeutrer pour être à l'abri du vent, cela, l'homme peut le faire à sa guise, et rien ne le lui interdit." nouvellesdelaudela

AUTEUR : Yun, Ji (1724-1805)
TITRE : Des nouvelles de l'au-delà
TITRE ORIGINAL :
TRADUIT DU chinois PAR Jacques Dars
PUBLICATION : [Paris] : Gallimard, impr. 2005
IMPRIMEUR / FABRICANT : 27-Mesnil-sur-l'Estrée : Impr. Firmin-Didot
DESCRIPTION MATÉRIELLE : 135 p. :  couv. ill. en coul. ; 18 cm
COLLECTION : Folio 2 euros ; 4326
ISBN : 2-07-032120-7


QUATRIÈME DE COUVERTURE

Ce petit recueil diabolique nous entretient d'un monde fort différent du nôtre, celui de la Chine ancienne avec ses croyances et superstitions touchant aux spectres, démons, apparitions, disparitions, possessions, et autres bizarreries semblant émaner directement de l'au-delà.
Pendant des décennies, Ji Yun (1724-1805) rassembla maintes anecdotes étranges, rapportées par d'innombrables voyageurs, marchands, bandits errant par les landes et forêts hantées de revenants.
Ces histoires d'une concision remarquable sont d'une étonnante variété et se lisent avec délectation.

Ces textes sont extraits de Passe-temps d'un été a Luanyang (Connaissance de l'Orient n. 99).