G229

G229 de Jean-Philippe Blondel - Editions Buchet-Chastel, janvier 2011.


Resumé : " Je vous ai accordé une salle. Une salle, vous savez, ça n'a pas de prix. C'est la 229, bâtiment G. G229. Allez chercher la clé chez la concierge. Bon, je crois que cet entretien est terminé. Nous nous croiserons souvent désormais. Bienvenue ici. " Je remercie le proviseur, mais il ne m'écoute déjà plus. Un proviseur, ça a beaucoup de choses à penser. Un prof, non.. Un prof, ça ne pense qu'à une chose, ses classes. Puis soudain, il est de nouveau là, présent. Il me fixe. Il dit : " Le plus dur, dans le métier, vous savez, c'est de manier le on et le je. " Je réponds que euh, je ne suis pas sûr de comprendre. " C'est une institution, l'école. Vous entrez dans un bulldozer. Il faut arriver à en devenir membre sans perdre son individualité. Ce n'est pas aussi facile qu'on le croit, vous verrez. Le on et le je. Réfléchissez-y. Bonne chance ! "

Mon avis : Jean-Philippe Blondel est un auteur que j'ai BEAUCOUP aimé lire, comme ici, ou ici, ou encore . Jusqu'à aujourd'hui, et G229, tout m'avait tellement plu, que je me suis jetée les yeux fermés sur son dernier roman. Mais (et j'ai du mal à le dire) cette fois-ci, je me suis un peu ennuyée. L'aspect social, les liens, les rencontres, les questionnements..., tous les ingrédients chers à cet auteur sont là, mais il me manque vraiment quelque chose. Dans G229, le "je" qui nous parle est professeur d'anglais, en province... Est-ce un petit bout de lui que nous offre l'auteur dans ce roman ?